Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

UNIVERS DECO

  • Eco-emballage, le furoshiki !

    Je ne sais pas si vous êtes comme moi, combien de fois, lorsque j’arrive dans un magasin je n’ai pas de sac et de ce fait je reprends inlassablement ces horribles sacs plastiques ! Et franchement, j’ai ai marre.

     Alors, l’idée m’est venue d’acheter des tissus de différentes formes et de plusieurs dimensions et figurez-vous, je vais réaliser des sacs. Comment ?
    En prenant exemple sur un art traditionnel japonais « furoshiki ». Elaborer un sac en quelques secondes avec un morceau de tissu et à l’aide de nœuds.  Il existe une multitude de modèles à réaliser, sac à mettre sur l’épaule, le petit sac à main, le sac à provision, sac de plage, sac à dos et sac unique pour transporter un objet. Regardez- cette vidéo.

     

    furo.jpgLe furoshiki, placé dans votre sac à main, est réutilisable, polyvalent, respectueux de l’environnement. Il remplace aussi le papier et permet d’emballer vos cadeaux d’une manière originale. 
    Pratique cette nouvelle façon d’emballer écologiquement ses emplettes !  J’aime bien cet éco-friendly furoshiki et vous ?

     

  • Aménager un studio en loft - astuces et conseils déco

    Aménager un studio en loft est un casse tête. Comment faire cohabiter dans un petit espace, une chambre, un espace de vie pour recevoir, manger ou travailler, une cuisine et une salle de bains. Un seul mot d’ordre : bien organiser sa surface. En l’exploitant au mieux (verticalement et horizontalement), vous gagnerez des mètres carrés !

     

    Cloisonnez léger

    Pour donner une impression d’espace, décloisonnez au maximum. Vous gagnerez visuellement de l’espace, la circulation de la lumière sera meilleure.
    Si vous avez besoin d’intimité, pensez aux portes coulissantes qui disparaissent dans les cloisons. Optez pour une cloison partielle qui s’arrête à une trentaine de centimètres sous le plafond ou des cloison en pavés de verre. Utilisez des cloisons semi transparentes : des panneaux coulissants en tissus ou en verre, des rideaux de fil, des panneaux thermoplastiques à suspendre, un meuble bibliothèque.

    Faites le bon choix de couleurs

     

    Le mélange de beaucoup de couleurs crée une confusion visuelle et donne un sentiment de désordre.
    Il vaut mieux miser sur une uniformité de couleur avec une harmonie en camaïeux, c’est-à-dire une même couleur déclinée dans des teintes différentes.
    Par exemple : blanc, ivoire, beige, taupe ou sable, cannelle, chocolat.
    Le blanc réverbère la lumière, c’est très souvent le choix qui s’impose si le studio ne bénéficie pas de beaucoup de lumière naturelle.

     studio.jpg
     

    Pour éviter l’uniformité, songer qu’une même teinte peut avoir des matières différentes.
    Par exemple : des murs avec une peinture blanche ou un enduit ciré coquille d’oeuf, du parquet en chêne blanchi ou béton ciré gris très clair, du mobilier laqué blanc ou en bouleau....

    Réveillez l’espace par une ou plusieurs touches colorées qui peuvent être apportées par des coussins, des abats jours, des tableaux, des guirlandes lumineuses, des meubles d’appoints, une cloison ou une porte de couleur vive. Là aussi, choisissez une teinte de base que vous déclinerez : fushia, orange, jaune ou bleu, turquoise, anis etc...

  • Vous éclairer en toute sécurité dans votre salle de bains

    Salled e bians : quel éclairage pour votre miroir ?

    Près d’une coiffeuse ou dans votre salle de bains, la seule vraie solution : un éclairage de chaque côté du miroir. Vous bénéficiez ainsi d’une répartition harmonieuse de la lumière et d’un bon rendu des couleurs. Toute lumière venue d’en haut accentue les cernes ; celle venue d’en bas crée des ombres.

    ecalirage-bains.JPG


    Choisissez des spots patères flexibles, encastrables ou non, ou des réglettes linolites.
    A moins que vous ne préfériez un vrai miroir de star avec deux rangées d’ampoules rondes (plutôt à faible puissance : 25W).

    Astuce : éclairer miroirs et lavabos d’une ampoule à calotte argentée pour ne pas que la lumière vous éblouisse.

    Quelles sont les règles de sécurité à respecter ? Tenez compte des normes électriques pour l’éclairage de votre salle de bain.
    La réglementation établit plusieurs volumes de sécurité autour des points d’eau.

     

    • > Volume 0 : dans la zone interne de la baignoire ou de la douche.
      Sont autorisés les éclairages de classe III et avec un indice de protection 27 (IP 27) en très basse tension de sécurité (TBTS), c’est-à-dire avec une tension inférieure ou égale à 12V.
      Le transformateur doit être placé en dehors de cette zone, dans le volume 3.

    • Volume 1 : zone au-dessus de la baignoire ou du bac à douche sur une hauteur de 2.25 mètres.
      Sont autorisés les éclairages de classe III et de IP 24 en très basse tension de sécurité.
      Le transformateur doit être placé en dehors de cette zone, dans le volume 3.

    • Volume 2 : zone qui s'étend sur une largeur de 60 cm après la baignoire ou la douche.
      Sont autorisés les éclairages de classe II et de IP 23.
      Sont ainsi garanties la double isolation et la protection contre les projections d’eau.

    • Volume 3 : zone qui va au-delà des 60 cm et qui s'étend sur une largeur supplémentaire
      de 2,40 m.
      Sont autorisés les éclairages de classe I, II ou III et de IP 21, protégés contre les chutes d’eau.

    Volumes de sécurité.

    ecalirage-bains-2.jpgIndice de protection (IP) : détermine l’étanchéité du produit à l’eau et aux poussières.
    Très basse tension de sécurité (TBTS) :
    tension inférieure à 12 volts.

     Merci à Philips pour ses précieux conseils.

     

     

     

  • Quel éclairage pour votre cuisine et salle de bain ?

    Un bon éclairage dans la salle de bains vous offre une sensation de bien-être en toute sécurité. Et dans votre cuisine, il favorise la convivialité tout en facilitant les activités ménagères. Un art difficile... savamment orchestré par plusieurs sources de lumière. Certaines, claires et puissantes, rendent plus faciles certaines tâches : vous raser, vous maquiller ou bien préparer le repas. Un éclairage d'ambiance, lui, préserve le confort des lieux. Voici quelques bonnes pratiques à suivre pour bien éclairer votre salle de bain et cuisine.

    Mettez d'abord en place votre éclairage général.

    Un plafonnier, une suspension ou un globe procurent un éclairage général dans la salle de bain ou la cuisine.
    À compléter par des points de lumière ponctuels pour éclairer des zones bien précises de la pièce.

    Le plus : avec le variateur de lumière, créez d'une seule commande différentes atmosphères.

    Installer un éclairage fonctionnel dans votre cuisine

    Quel éclairage pour votre plan de travail ?

    Evier, cuisinière, plan de travail : ces lieux nécessitent un éclairage dirigé.

    En contrepoint de l’éclairage général, disposez des spots sur vos murs ou sur vos meubles hauts. Ceux-ci peuvent être encastrés, installés sur rail ou sur câbles tendus.


    A moins que vous n’optiez pour des tubes fluorescents, cachés derrière un bandeau.

    Solution « deux en un » : la réglette rangement et éclairage.

    eclairage.jpgPour les petits appareils électroménagers (four, réfrigérateur et congélateur), utilisez des ampoules dédiées à cet usage.

     

    Quel éclairage pour vos placards ?Vous pouvez incorporer dans vos placards des tubes fluorescents qui s’allument automatiquement à l’ouverture des portes.

    Cette source lumineuse n’est pas toujours indispensable. Si l’éclairage général de la cuisine est assez puissant, vous pouvez y voir clair dans les placards.

     

  • le Traitement des bois extérieurs de la maison

    Le bois utilisé à l'extérieur est exposé aux agressions du climat et aux détériorations des agents biologiques (insectes et champignons). S'il est mis en œuvre verticalement en fenêtre ou en bardage, cet emploi est dit de classe 3. Placé horizontalement en terrasse ou en balcon, le bois est soumis à des risques fréquents d'humidification avec stagnation d'eau.C'est alors un usage de classe 4 pour lequel le traitement de préservation doit intéresser la masse du bois et ne pas être uniquement superficiel.

    bois.JPG

    traitement des bois en autoclave

    Le procédé de traitement préventif en autoclave, par utilisation du vide et de la pression, permet la pénétration profonde des produits vers le cœur du bois. Un séchage de 15 jours à température ambiante (20 °C) ou de 2 heures à haute température (100 °C) permet ensuite la fixation des produits. Selon l'Institut national de recherche et sécurité (INRS), si l'injection sous pression et surtout le séchage ont été convenablement effectués, la fixation est assurée entre 98 et 99 %. Le risque de lessivage par la pluie ou d'exposition par contact cutané est ainsi réduit. Un lavage des bois est toutefois préconisé avant la mise en œuvre par les utilisateurs.


    Les produits de traitement utilisés en autoclave sont très divers. Il convient donc d'être informé des substances employées. Il y a tout d'abord les créosotes, issues de la distillation des goudrons de houille et classées cancérogènes probables, notamment de la peau. Depuis l'arrêté du 2 juin 2003, la vente aux particuliers du bois traité avec ces produits est interdite.

    Autre traitement des bois

    Un autre traitement très répandu est un mélange de sels métalliques CCA comprenant du cuivre (fongicide) qui donne une couleur verte au bois, de l'arsenic (insecticide) et du chrome (fixateur du cuivre et de l'arsenic délavables en milieu humide). Depuis le décret du 17 novembre 2004, les bois traités à l’arsenic, cancérogène certain, sont interdits de mise sur le marché. Par dérogation, les produits CCA ont encore des utilisations professionnelles qui excluent le contact avec le public, en particulier les enfants. Un étiquetage mentionnant la présence d'arsenic est obligatoire. Il existe d'autres compositions sans arsenic, les CCB (cuivre, chrome, bore) ou CCF (cuivre, chrome, fluor).


    Pour diminuer la toxicité humaine et environnementale, des traitements actuellement proposés sont sans chrome et sans arsenic pour les bois de classe 4. Certains ne contiennent que du cuivre et des ammoniums quaternaires. D'autres associent cuivre, acide borique et fongicides triazoles.


    Les déchets de bois traités ne doivent être ni abandonnés, ni brûlés à l’air libre. Stockés séparément des déchets non pollués, ils sont collectés par des prestataires spécialisés. Ils sont soit recyclés dans la fabrication de panneaux de bois soit incinérés en usine traitant les déchets dangereux. En effet, ils ne peuvent intégrer la catégorie “biomasse", ni les décharges de classe 1, les déchets de bois n'étant pas considérés comme des déchets inertes ou ultimes au sens de la réglementation.


    De nouvelles alternatives de préservation des bois d'extérieur confèrent une plus grande biodégradabilité du matériau en fin de vie : bois chauffé à haute température dont un des procédés est le bois rétifié®, bois thermo-huilé, bois acétylé, bientôt bois traité à l'ASAM, dérivé de l'huile de colza. Quant aux bois en provenance des pays de l'Est, il n'y a pas de contrôle de leur traitement. Pour cette raison, le CTBA (Centre technique du bois et de l'ameublement) préconise de demander des bois traités avec certificat CTB P+ pour le produit et CTB B+ pour le procédé.

    Mais, même avec les produits CTB P+, une information sur le type de traitement reste toujours utile puisque cette marque est délivrée, au moins jusqu'à fin 2008, à des produits à destination professionnelle type CCA, CCB, créosotes.

  • Livre - Habitat groupé

    Dans la continuité de ses deux ouvrages précédents (Guide raisonné de l’écoconstructionCabanons à vivre et Guide de l’habitat écologique, chez le même éditeur), Christian La Grange nous invite à repenser notre habitat, mais cette fois-ci en se regroupant.
    L’habitat groupé est une des clefs pour faire face aux problèmes de foncier, au mitage du territoire, et aux coûts excessifs de la construction.

    habitat-groupe.JPG


    Nous en parlons régulièrement dans nos pages, allant chercher les projets qui fonctionnent souvent en dehors de nos frontières.
    Et justement, l’auteur vit en Belgique et pratique ce mode de vie depuis 25 ans.
    Ce sont donc des réflexions tirées de faits vécus, des témoignages vivants et pleins de petits conseils ô combien pratiques que Christian La Grange nous propose dans son ouvrage.


    À lire impérativement si l’on est dans la réflexion, la recherche, voire même déjà dans un habitat groupé !

    Habitat groupé

    Christian La Grange

    Éditions Terre Vivante  2008

     

  • Tendances déco 2018 : Tout sera magnifique !

     

    Couleur, fantaisie et gaieté font leur entrée. Ces styles de décoration qui débordent d'optimisme sont un contrepoison pour lutter contre la crise qui règne partout dehors. La nouvelle façon de sortir, c'est de rester chez soi et les quatre murs sont aménagés avec autant d'originalité que possible. Ces trois nouvelles tendances en sont la preuve.

    En ces temps de crise financière, on est encore plus fortement tenté d'aménager son intérieur encore plus coquettement et encore plus confortablement comme le prouvent les nouvelles tendances en matière de décoration intérieure qui misent sur la variété des coloris, l'individualisme et une imagination débordante. Plus les idées en matière de décoration sont originales et mieux c'est.

    Originalité et fantaisie

    maisons-objet.JPGAu fil des pages suivantes, découvrez les trois tendances Shanghai Chic, Salon punk et Maison de rêve. Picorez çà et là quelques idées et laissez-vous inspirer.

     Le salon des toutes dernières tendances qui se déroule à Paris  Maison et Objet 2018 a présenté les deux courants Salon punk (photo de gauche) et Maison de rêve (photo de droite) avec des mises en scène débordantes d'imagination.